17/03/2008

L'escabeau.


Je rentre à la maison ou plutôt dans mon deux pièces. Je ramène un tas de produits du Delhaize que je ne mangerai pas. Quand je les vois, ils me donnent faim et une fois rangés, ils ne m'inspirent plus. Et comme d'habitude, je râle d'avoir dépensé mes précieux sous à des coups de coeur éphémères. Je vais encore devoir refiler de la nourriture à mes pauvres voisines, deux vieilles filles loqueteuses vivant à l'étroit dans une grande maison délabrée et qui, pour survivre, se disputent la nourriture de leur vieux matou.
A la banque, quand je leur ai demandé si elles étaient dans le besoin, ils m'ont pris pour un martien.
- Vous louez à qui, Monsieur Dupont ?
- A une société. Je vois de temps en temps le gérant, le proprio. Pourquoi ?
- Vous connaissez les membres du Conseil d'Administration ?
- Ben non. Pourquoi ?
- Nous ne pouvons communiquer ce genre de dossier. Informez-vous...
Renseignements pris, toute la rue leur appartient, aux vieilles taupes nécessiteuses. Comme on peut se tromper, parfois !
Delphine est en retard. Le contraire... Ah, la voilà.
- Bonjour ma Delphine, ça va ?
- Bonjour Papy. Maman m'a dit que je devais venir t'aider à monter sur l'escabeau. Tu ne sais plus ?
- Mais pourquoi, dès que tu ouvres la bouche, je deviens irascible ? Si, je monte encore, milliardidju ! Il faudrait tenir l'escabelle pendant que je change les lampes de la cuisine. Le passage est étroit et...
- OK. J'ai compris. Suis pas conne !
Me voilà perché entre cuisinière et plafond. Delphine m'éclaire avec une lampe de poche. Les soquets des ampoules sont à broches. Une belle saloperie. On croit que c'est fixé et hop, juste le temps de rattrapper le bidule sans se casser le nez sur le frigo : de la haute voltige. Je parviens néanmoins à en coincer une et... elle tient.
- Delphine, veux-tu allumer ?
- Papy, ça marche !
- Au prix de l'ampoule, il y a intérêt ! Passe-moi la suivante. Dépêche-toi, je fatigue. Pfft ! Encore plus coriace que la première...
- Tu souhaites que je te raconte une histoire pendant que tu travailles ?
- Oui, mais une courte.
- Tu sais pourquoi les hommes meurent plus vite que les femmes ?
- Plus vite, je ne sais pas mais avant elles, sûrement et je pense en connaître les raisons.
- Eh bien, quand Madame la Mort vient frapper à l'huis, avec sa grande faux, l'épouse hurle à son mari : "chéri, c'est pour toi. Va ouvrir." Elle est bien, non ?
- Tiens l'échelle au lieu de rigoler bêtement. Mais tiens-la, ne la secoue pas ! Noon...
- Dis Papy, Papa a raison. Même pendu au lustre ainsi, tu n'éclaires pas beaucoup...

17:10 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

tiens tiens.. tes voisines, me font penser à deux soeurs de mon village, ..elles mangeaient 1 oeuf pour elle deux, fouillaient les déchêts des marchands de légumes après le marché. Et pourtant, elles ne sont pas dans le besoin..terrains, maisons, fermes..pfff. Attention , très gentilles, mais très radines..pfff.
Pour Delphine.. ah l'adolescence..hihi. Elle attrappe le verbe de son grand-père..humm ;o)
Aie !! non pas sur la tête.¨
Passe une bonne semaine.
Bizouxxxxxxxxxxx

Écrit par : Tricotine | 18/03/2008

dans un de tes textes eh oui je viens de passer un bon moment, depuis le temps que je ne venais plus, tu écris ceci : Pourtant, si elles le voulaient, elles pourraient être altruistes, tendres, attentionnées, silencieuses de temps à autre, compréhensives, en un mot aimables
Veux tu que je te dise et ce sans vantardise, je suis comme cela et crois moi cela ne m'a rien apporté, à croire qu'aujourd'hui il faut être une s..... pour avoir un peu de considération, sinon tu te fais marcher sur les pieds
Ah ça fait aussi du bien de le dire
Bonne soirée et bisous

Écrit par : eyes | 19/03/2008

hahaha le titre de ton post m'inspire une famille semblable à celle décrite, petit filou va....., tu n'habitais pas très loin en plus de l'une de leur ferme-château, mais voilà il y en a dans mon village. Je te souhaite un très joli printemps, ainsi que très heureuses fêtes de Pâques en famille sans doute. Sois prudent quand même, le matin de Pâques, ne sonne pas trop les cloches ...
Bisous,
Badette

Écrit par : Badette | 21/03/2008

Les commentaires sont fermés.