25/02/2008

Titine et Totor.


Parfois je me demande si cela tourne rond dans ma petite tête. Quand j'écoute les propos savants de ces dames patronnesses, je ne m'inquiète plus. Fou peut-être mais pas le seul. Cela me console. D'accord, me faut pas grand chose.
Connaissez-vous Titine et Totor ? Ce sont ou plutôt c'étaient de superbes carpes d'environ trente centimètres. Belles pièces. De quoi se pourlécher les babines. Malheureusement, elles étaient la propriété d'une vieille dame type "sapin de Noël" qui ne prétendait pas les laisser, même affamée, aux bons soins de sa cuisinière. Ils s'ébattaient dans un grand aquarium entre de magnifiques plantes aquatiques du pays et un affreux château en plâtre peint.
Un jour cependant, Totor prit de la gîte. Pas bien du tout la pauvre bête. En d'autres termes, il était en train de crever.
La vieille matrone ne fit pas dans le détail. Elle transvasa notre Totor dans un bassin rempli de Perrier et les bras dans l'eau, le masssa doucement et, à intervalles réguliers, lui pratiqua des bouche-à-bouche à faire pâlir le ramoneur du coin. Elle y prenait même un certain plaisir. Je ne sais ce qu'en pensait Totor.
Croyez-moi ou ne me croyez pas. Totor survécut six mois à ce traitement de choc.
Titine, sa compagne, jalouse comme une truite, décida elle aussi de battre de la nageoire. Totor avait passé un si bon moment, pourquoi pas elle ? La vieille était affolée : une épidémie ! Titine faisait d'énormes bulles mais n'avait pas le don de la parole : on ne sut jamais si elle simulait ou était réellement mal en point. Bref, la même médecine lui fut prodiguée... avec un égal succès, paraît-il.
Les commères restaient sans voix, muettes d'admiration. Les maris tendaient l'oreille, surpris par ce calme soudain.
Cette jolie histoire à dormir debout fit le tour de la région. Même une gazette locale s'en empara et un journaliste en mal de copie en tira un article succinct.
Faut-il y puiser une morale ? je n'en vois pas la nécessité. Laissons les carpes à leurs bulles et les patronnesses à leurs miracles.
Et puis... si c'était vrai ?!

08:11 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Whoaw !!!! Tu ne veux pas battre de la nageoire un petit peu ?
Et demande un bain de Veuve Cliquot au lieu du Perrier, mais d'abord trouver la dame patronnesse...
Bonne journée

Écrit par : Marirose | 25/02/2008

Ben oui, les carpes ont beaucoup d'amour à donner, j'en ai eu la preuve chez moi, une carpe d'une quarantaine de cm, avait été péchée dans un étang par mon mari, il l'a ramenée dans notre étang de jardin qui est assez profond, et il l'a soignée et nourri tous les jours avec les autres carpes de fantaisies, mais "Moïse" comme nous l'avions baptisé venait manger dans la main de mon mari, un matin mon mari s'en est allé d'une crise cardiaque foudroyante, et la carpe n'a plus jamais voulu se nourrir malgré tous nos efforts, chaque fois qu'elle entendait marcher elle faisait un bon et replongeait aussitôt, et puis lassée, elle s'est laissée mourir... (je ne crois quand même pas que mon mari lui ai fait le bouche-à-bouche). Toujours au plaisir de te lire, passe une agréable journée ensoleillée et bisous...
Badette

Écrit par : Badette | 27/02/2008

Les commentaires sont fermés.