17/02/2008

Le coeur.

 
C'était une artiste. Elle n'était pas belle mais gironde et avait du chien. Ses grands yeux verts plantés de chaque côté d'un joli visage vous transperçaient. Ils étaient un atout de choix et auraient fait vibrer plus d'un honnête artisan. Mais elle ne mettait pas en valeur ses avantages, par timidité, peur, ignorance, indolence... Elle même, le savait-elle? Les garçons ne se bousculaient pas à sa porte et l'ignoraient superbement, le sourire narquois et le rictus méprisant. Finirait-elle vieille fille comme sa tante Hortense, un minuscule chien pour tout compagnon ? Non ! Il lui fallait réagir. Une idée germa dans son esprit de vierge délaissée. Ne restait qu'à la réaliser. Puisque personne ne la courtisait, elle offrirait son coeur à tous. Au plus perspicace de ces messieurs d'en faire bon usage.
Le matin suivant, elle quitta son domicile, portant dans la main un coeur en plastique peint sur lequel était inscrit : "je vous aime". Elle parcourut la ville. Personne ne lui montra quelque intérêt. Déçue, elle se promit de faire mieux.
Le lendemain, son nouveau coeur avait déjà une belle dimension. Aussi devait-elle le porter à deux mains. Il fallait être aveugle pour ne pas l'apercevoir. Des badauds et commères en goguette se retournèrent sur son passage, surpris. Ils ne lui posèrent aucune question, haussèrent les épaules et passèrent leur chemin. Quelques jeunes gens tentèrent de la chahuter lourdement mais son regard perçant les dissuadèrent d'aller plus avant. Personne cependant ne se posa la question : "pourquoi ?"
Notre vierge avait la tête dure. Ils n'ont pas encore compris le message ? Qu'importe.
Le surlendemain, fatiguée par une nuit blanche passée à façonner son dernier coeur mais plus déterminée que jamais, elle quitta la maison, portant sur son dos et bien arrimé, un coeur énorme, plus grand qu'elle. Ils allaient voir, ces abrutis de mâles attardés, qu'un coeur solitaire prend beaucoup de place. Elle refit pour la troisième fois le même circuit. Les gens s'écartaient pour la laisser passer, ébahis puis agacés par tant d'audace. La réaction attendue ne survint toujours pas mais elle avait provoqué un remue-ménage d'enfer dans la foule, surtout à l'heure de pointe. Beaucoup pestaient et lui reprochaient de leur avoir fait rater bus, train ou autre transport "boulot-dodo".
C'est alors qu'un jeune homme lui adressa la parole :
- Mademoiselle, j'apprécie votre effort. Je vous suis depuis quelques jours. Permettez-moi de vous offrir un café à cette terrasse.
Sans attendre sa réponse, il la débarrasse de son encombrant fardeau et l'invite à s'asseoir.
- Monsieur, je ne vous connais pas...
- Justement. N'est-ce pas le moment de lier connaissance ? Seriez-vous contre alors qu'il est inscrit en grand "je vous aime" sur votre sublime coeur ? Rassurez-vous. Je vous demande simplement de m'expliquer le but de cette démonstration pour le moins originale.
Et notre demoiselle de lui raconter ses déboires amoureux, ses déceptions et cette idée saugrenue du coeur baladeur et bien d'autres choses encore... Notre damoiseau part d'un rire sonnant et inextinguible. Elle est fâchée. Se moquer ainsi de sa démarche...
- Ne vous vexez pas Mademoiselle. Vous me plaisez et je vous demande de pouvoir vous rencontrer le plus souvent qu'il nous sera possible. Exaucerez-vous mon humble requête ? J'y tiens énormément.
La petite hie est rouge de confusion et de bonheur. Elle en pleurerait. Enfin quelqu'un... et mignon en plus...
- Oui, mon bon Monsieur; j'y consens mais à une condition : expliquez-moi ce en quoi je vous fais rire de si bon coeur ?
- Le coeur ! Mais pourquoi diable l'avez-vous peint en vert ?
Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. C'est ce qu'on raconte à la Saint Valentin... aux jeunes femmes désespérées.

05:12 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Avec toutes mes félicitations pour cette merveilleuse histoire, elle est de ton cru ?
Te souhaitant une bonne journée bien ensoleillée, je t'envoie un gros bisou,
Badette

Écrit par : Badette | 19/02/2008

wouah il est beau ton texte, tu en as encore beaucoup comme ça??? parce que là je suis preneuse. J'adore..
Passe une bonne nuit.
bizouxxxxxxxx

Écrit par : Tricotine | 20/02/2008

Les commentaires sont fermés.