18/01/2008

Etats d'âme.


Je pressens ce que vous allez spéculer : ce quidam, il ne respire pas l'optimisme. Vous aurez, ma foi, raison. Mais la vie est ainsi faite : des hauts et des bas, ce qui vous rend euphorique ou dépressif. Oui, ces derniers temps, je suis à marée basse. Pfft, la faute aux femmes, tout ça ! Ma mère me disait : "les femmes... les femmes ! Tu n'y comprendras jamais rien, mon pauvre Jules". Quand j'observais mon père à l'époque... il devait certainement avoir un problème similaire. Les pauvres ! Depuis quelques années déjà, ils ne se posent plus la question. Bref, je me vois néanmoins obligé de reconnaître qu'effectivement...
A part de ne pas cogiter comme moi, il est vrai qu'aux femmes, je leur reproche tout et rien de particulier. Mais d'abord, pensent-elles ? That's the question. N'insistons pas : terrain glissant !
Pour sortir de cet état d'âme déplorable, j'ai ma méthode : je me moque de tout, raille n'importe qui, dénigre n'importe quoi. Cela occupe et parfois soulage l'esprit. Que Dieu me pardonne, j'ai une prédilection pour les opinions, comportements, agissements de la gent féminine. Sans doute par fainéantise. Dans cette sphère acide, il ne faut pas chercher les baroqueries : elles sautent aux yeux !
Alors, au hasard des rencontres, voici les questions les plus fréquentes auxquelles j'ai eu à répondre... ou pas. La question liminaire à laquelle vous ne couperez jamais :
- Qu'est-ce que vous faites dans la vie ?
Elles vous la poseront toujours. C'est vachement important pour elles. Si vous avez la malchance d'être sans emploi à ce moment, que vont-elles chanter aux copines ? Et les copines, que vont-elles en penser ? Vont rigoler, c'est sûr. La honte ! Toutes vos qualités éventuelles passent à la trappe. Vous n'êtes pas digne d'intérêt.
Alors, Messieurs, si une nana vous accroche à votre corps défendant et aborde le sujet, vous savez que répondre...
- Rien. Je m'emmerde... tu m'emmerdes... vous m'emmerdez...
Autre question :
- Aimez-vous les enfants ?
Deux possibilités. Elle en voudrait ou non. Elle en a déjà et tente de faire passer... la ou les dragée(s).
Tout dépend de votre attirance pour votre future (?) amante. Ne vous leurrez pas. Cette demande innocente masque... les joies du mariage. Pas question d'avoir un enfant hors mariage. Faut pas rêver ! Certains y parviennent. Ils ne sont pas légions.
De toute façon, votre réponse sera bien ou mal reçue suivant les capacités de la prétendue... ou les vôtres : vous avez une chance sur deux.
Ne répondez surtout pas "cela dépend..." sauf si vous envisagez une rupture à court terme.
Excepté coup de foudre, votre bien-aimée finira invariablement par vous annoncer béatement :
- Il faut tout de même que j'en parle à Maman....
Un conseil d'ami : disparaissez. Changez de nom, de domicile, de région ! Suicidez-vous... Que sais-je ?

17:37 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

D'après les 3 derniers posts que je viens de lire Aucun doute: je suis un mec!!!

Écrit par : La P'tite Mimi | 18/01/2008

Ouais... Et qu'en disent ton perroquet et ton chien ?
Je ne parlerai pas Nelson abandonné à son triste sort...
Retrouve ton humour que diable !
La dérision est une arme imbattable pour faire le tri. Et le tri s'impose sur les sites de rencontres.
Bonne journée.

Écrit par : Marirose | 21/01/2008

peur des hommes J'ai peur des hommes. Je ne sais pas ce qu'ils veulent. Et puis, je suis traumatismée suite à un (des) échec sentimental, j'ai peur de recommencer les mêmes erreurs. Du coup, les hommes, je les fuis ! Pardon à tous ceux que que j'ai fui. Ils n'ont rien dû comprendre. Ah, si je pouvais leur dire que ce n'est pas de leur faute !

Écrit par : titi | 21/01/2008

Les commentaires sont fermés.