09/12/2007

La fuite.


J'ai parfois l'impression de vivre des rêves suivis de cauchemars plus atroces les uns que les autres, d'avoir reçu une tuile sur le coin de la cafetière après m'être persuadé longuement : "non, celle-là, elle n'est pas pour moi". Eh bien, si, elle l'est. Simple erreur d'appréciation de la trajectoire. Comment ai-je pu en douter ?
Mon plombier, Monsieur Carillon, après m'avoir proclamé haut et fort que la fuite dans l'installation était un fantasme de ma part et que, conséquemment, des soins urgents devaient m'être prodigués, avait refusé d'encore subir un client de mon espèce. Bref, je n'avais qu'à m'adresser à un autre chauffagiste qui  arriverait aux mêmes conclusions et m'assurerait : "Monsieur Dupont, vous prenez votre fuite pour une réalité obsessionnelle alors que..."
J'ai donc fait appel à un détecteur de fuites (oui, ça existe). Un quart d'heure et... il avait trouvé. La fuite se situait sous le carrelage et la chape : un filetage défectueux ou le serrage insuffisant d'un joint, sans doute. Cela me fait une belle jambe de le savoir. Puis convoquer un plombier pour avoir une idée du prix et avertir la compagnie d'assurances. Encore des tas de papiers à remplir, avec des questions stupides. Mon âge, par exemple. La fuite décelée sera-t-elle plus acceptable si j'ai soixante piges plutôt que vingt ? L'assureur seul le sait. Il paraîtrait que ces renseignements sont destinés à ses statistiques. Et c'est moi qui suis fêlé...
Et le parcours du combattant se dessine. Le téléphone chauffe !
D'abord, demander à l'expert de confirmer et d'accepter les dégâts et leurs montants.
- Mais Monsieur Dupont, nous sommes à quelques jours des vacances de Noël. Vous comprenez... Début Janvier, sans doute... Vous avez froid ? Faites comme moi, prenez des vacances. Vous déménagez ? Vous ne pouvez le retarder. Evidemment. Je suis malheureusement à l'étranger à partir de demain : je vous mets en priorité pour le début de l'année prochaine. Je ne peux faire plus. Logez dans votre nouvel appartement. Votre chat ? Vous ne croyez pas que vous vous compliquez la vie. Si j'ai des animaux domestiques ? Non, pourquoi ? Non, le coût du placement d'un animal n'est pas prévu dans le contrat... Je ferai de mon mieux. Bonnes vacances... Non, je ne me moque pas de vous... Oui, vous pouvez commencer les travaux après réception du devis. Confirmation écrite ? Bien sûr. A plus tard...
Et l'expert, zieutant amoureusement ses paires de ski, raccrochera en vous tenant comme le roi des emmerdeurs.
Ensuite, le chauffagiste.
- Bonjour Monsieur Delot. Vous êtes venu prendre les mesures. Quand votre devis m'arrivera-t-il ? Oui, j'ai le feu vert de l'assurance. En fin de semaine. Pas avant ? Je comprends... Et les travaux ? L'année prochaine. Vos fournisseurs sont en vacances. Si j'ai bien compris, milliardidj, l'Enfant tant attendu est né pour la deux mille septième fois et tout s'arrête... le temps de vérifier que ce n'est pas un canular. Vous n'y pouvez rien. Moi non plus. Que je pense aux SDF ? Vous avez raison, cela me réchauffera de savoir que je ne suis pas le seul à me les geler : ça aide ! Bien. A l'année prochaine. Bonnes Fêtes ? Vous plaisantiez. Ben, voyons. Oui, à l'année prochaine. Au revoir.
Le plombier aussi, devant sa chope de bière, chez lui, bien au chaud, me prend pour un messéant pot de colle.
En ce qui concerne les autres... Entendons-nous bien. Le premier qui me souhaite "Joyeuses Fêtes" risque la fuite de sa vie à l'échelon de son appendice nasal  et quelques jours aux soins intensifs en attente du retour de l'hémisphère austral du chirurgien spécialiste. Je demanderai à ma victime de penser à tous ces pauvres gens qui se morfondent depuis des mois si pas des années dans une chambre d'hôpital nue et impersonnelle : ça aide !

09:40 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Oups ! ... ça chauffe, ici...

... euh... non... ça caille, plutôt !

Courage... bizzz...

Écrit par : Béa | 09/12/2007

étude sur blogs Bonjour,
mon travail de fin d'études en psychologie clinique porte sur les bloggeurs qui possédent un journal perso.
Souhaiterais-tu y participer ?
Je te laisse mon email : soofi816@gmail.com.
Bien à toi,
Sophie.

Écrit par : sophie | 10/12/2007

??? ... une semaine sans poster ? ça ne te ressemble pas... mais je suppose que tu es fort occupé !!!

Bizzz... bonne soirée...

Écrit par : Béa | 16/12/2007

Les commentaires sont fermés.