04/12/2007

Un site de rencontres.


Vous n'avez jamais remarqué ce paradoxe ? Vous cherchez quelque chose de bien précis et vous trouvez autre chose qui ne manque pas d'intérêt mais dont vous n'avez aucun besoin... dans l'immédiat. Je ne savais pas qu'en amour ou amitié le phénomène était similaire. Vous cherchez une âme soeur. Une copine vous promet de la rencontrer si vous l'accompagnez à telle soirée.
- Tu verras. Elles sont mignonnes et pas farouches. Avec un peu de bagoût...
- Tu crois ?
- Je t'introduirai auprès des plus chouettes. Fais-moi confiance.
- De toute façon, je n'ai pas le choix. Je ne connais personne.
Un château. C'est immense. A l'entrée, première surprise : il faut s'inscrire sur un registre. C'est la tradition. La copine nous inscrit. Mais pourquoi se fait-elle passer pour ma femme ? Je suis flatté mais... Et nous entrons.
Effectivement, une multitude de femmes apparemment dans l'expectative d'une rencontre sympa et quelques hommes perdus dans la masse qui les ignorent complètement. Tous les âges se côtoient. J'ai l'impression que ce sera encore une soirée perdue. Qu'est-ce que je fabrique ici ? En tout cas, ils boivent comme des Polonais. La plupart des couples sont unisexes, ne dansent pas mais titubent des slows. Va falloir en dénicher une moins entamée que les autres si je veux discuter le coup. Ma "femme" s'est perdue dans la foule.
Un grand escalier mène à l'étage au-dessus. Pour accéder à l'étage, il faut se réinscrire. Pour quoi y faire ?
- Ah, tu es là ?
Mon amie et "femme" pour la circonstanve enlace une poupée de vingt ans sa cadette.
- Viens, on monte.
- Où ça ?
- Au dortoir
- Mais je n'ai pas sommeil.
- Imbécile...
Au premier, une salle semblable à celle du rez-de-chaussée. Deux-tiers du local est parsemé de matelas aux housses multicolores et le tiers restant occupé par une salle d'eau avec douches permanentes.
Dans un coin, un bar où se tiennent quelques hommes. Ont avantage à se tenir d'ailleurs. Des corps féminins qui se... partout : Rome sous Néron. Parfois la... d'un homme émerge de l'amas de fesses et de seins pour disparaître aussitôt.
C'est à ce moment que je me suis rendu compte du lieu de perdition dans lequel je me vautrais. Juré, je ne savais pas...
Oui, on me l'a déjà dit : je ne suis pas futt-futt ! Où est-elle, ma p... de "femme ?"

11:56 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

beuh aux innocents les fesses pleines....

mais qu'est-ce que je dis..ça doit être la migraine..

Bizouxxxxxxxxxxx

Écrit par : Tricotine | 04/12/2007

eh bin fameuses tes relations féminines, un château.... un lupanar oui!!!!!!!!!!!!!!
Tu ne vas quand même pas nous faire croire que tu es innocent à ce point là..... qu'est-ce que tu avais bu comme lubrifiant pour accompagner ton repas avant de t'y rendre ??????? racontes........
Passes une bonne soirée avec tes souvenirs, et surtout n'égares pas l'adresse de ton kiné.....
Bonne soirée et bisous........

Écrit par : Badette | 04/12/2007

Les commentaires sont fermés.