29/10/2007

Et maintenant ?


Je sais. Ce qui suit n'est pas hilarant.
Que m'arrive-t-il ? Je regarde un film à la télé, un couple s'embrasse et, malgré moi, des larmes me perlent au coin des yeux. Pas possible, ça !
Avant, j'étais insensible à ce genre de manifestations télévisuelles, ce n'était que du cinéma, les acteurs se pelaient des oignons avant de tourner ce type de scène, du chiqué quoi !
Et maintenant ? j'en fais tout un plat. Il n'y a pas à dire, je vieillis.
Par contre, les scènes de violence me laissent toujours aussi froid. Comment peut-on faire avaler aux gens que les coups assénés à une victime lui permettent de réagir par d'autres actes énergiques, alors que personne ne résisterait à ce modèle de traitement sans séquelles graves et irréversibles. "Même pas mal !" me confierait ma petite-fille en se tenant les fesses après une correction paternelle.
Il paraît que la violence est rentable. Etreindre une fille (qui consent, bien entendu) n'a jamais tué personne, enfin pas tout de suite, mais imiter le flic casse-cou, le violeur impénitent ou le braqueur professionnel est une autre histoire. Et les jeunes phantasment, imaginent, finissent par confondre réalité et chimère et se plantent. Le jeu l'emporte sur la pensée. Plus il est dangereux, plus... Les exemples ne manquent plus.
Avant aussi, on se suicidait par désespoir. Maintenant, nous tuons l'objet de notre déception en appliquant les techniques si bien expliquées dans les fictions.. C'est plus facile ! L'objet est un ami, une amie, un adversaire heureux, un amour déçu... Et nous raffinons... L'acte s'affichera plus vrai... croyons-nous.
La violence est  de plus en plus insoutenable au cinéma, à la télé et même en littérature et autres arts majeurs, derniers bastions de notre humanité. Où allons-nous ?
Et toute cette barbarie dont nous avons mis des millénaires à sortir, et encore, est entièrement consacrée à des intérêts bassement commerciaux. Qu'en ont-ils à faire des accidents de parcours qui coûtent la vie d'innocents trop crédules, face aux milliers de dollars qu'ils empocheront en réveillant nos instincts les plus bas, les plus inavouables. Nous avons laissé faire... Plus, encore plus, toujours plus.
Ce monde est pourri !

00:20 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

kikou je rejoins bien souvent ta pensée! bonne semaine.

Écrit par : mik | 29/10/2007

Absolument d'accord avec toi.
Bonne fin de journée et bisous.....

Écrit par : Badette | 29/10/2007

Les commentaires sont fermés.