21/10/2007

Le prisonnier.


- Nelson ? Nelson...?
Sur la tessasse, je l'appelle à plusieurs reprises. Les voisins s'agitent. C'est vrai, on est dimanche. Font tous la grasse matinée et je les réveille. Z'ont pas encore fini d'évacuer les vapeurs d'alcool et de digérer leur dîner d'hier. Il devait y avoir une noce dans le coin. J'ai entendu les pétards jusqu'à minuit passé. Sont fous pour fêter les futurs emmerdements d'un pauvre mâle innocent. Il en a pour perpette peut-être !? Le couillon !
Ce matin, le soleil brille de tous ses feux et il fait glacial. Pouvait pas se manifester au mois d'août, notre astre du jour ? Jules, tu n'es jamais content ! Mouais...
J'entends gratter. Didju, une souris dans mes cartons, ou une famille ! Les cartons sont empilés en équilibre. J'ai à peine la place pour me faufiler. Pour aller à la cuisine, j'effectue un tas de détours, emjambe des bidules, des pots, des plastiques, un tabouret... Et quand je rapplique... ma tasse de café est froide ! Va falloir déplacer les cartons un à un pour savoir où elle s'est planquée, attendre qu'elle se manifeste, la mignonne. Puis, faire entendre ses grattements au chat. Il s'occupera du reste. Le chat ? Je l'avais oublié, ce faux-cul !
- Nelson ? Nelson...?
C'est pas vrai ? Quel chahut ! Il n'y a pas qu'une souris là-dedans. Ou bien... Milliardidju, j'ai peut-être emballé le chat... Ah, j'ai repéré la caisse.
- Mais mon connard, qu'est-ce que tu fais dans cette caisse de vaisselle. Un rien paniqué, l'ami Nelson... Sors de là, abruti.
- Tu es tellement préoccupé par tes affaires que tu ne me vois même plus. Et il se dit "bon maître". Tu as fermé le carton. J'ai miaulé et pour réponse, tu as scellé le tout avec du scotch. Et tu ne t'en souviens même pas... Et c'est moi, l'abruti !
- Ah non ! Ne commence pas comme les autres, hein ! Si tu veux terminer ta carrière en civet, continue... Non, mais... Tu ne vas me gâcher une journée de rangement, tout de même !
Et pendant ce temps, un soleil radieux me nargue à travers les vitres sales du salon. Et les canards m'attendent sur l'étang proche.

- Je sais ce que tu penses, mon brave Nelson. Oui, ton héros est fatigué... 

11:40 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

coucou Pourquoi pauvre mâle innocent??
Ton inspecteur des travaux finis préféré emprisonné dans un carton et scotché en plus. Tu pensais donc trop à la mouchaboeuf, que tu ne te rendais pas compte de ce que tu faisais. Elle va te manquer tant que ça???
Bonne après-midi ensoleillé !!!!
Et oui, il fait un temps radieux!!!
Grosses caresses à Nelson.
Bizouxxxxxxx

Écrit par : Tricotine | 21/10/2007

Oups ! La Mouchaboeuf ? Elle mérite une bonne fessée, sans plus. Il n'y a pas qu'elle d'ailleurs... Et je suis spécialiste !

Écrit par : rhadamanthe | 21/10/2007

J'ai oublié Bisous.

Écrit par : rhadamanthe | 21/10/2007

j'aime pas déménager et je l'ai fait toute ma vie pfffff
allez courage, suis contente d'être passée.
bisous et douce nuit

Écrit par : Laura | 24/10/2007

Les commentaires sont fermés.