18/10/2007

Ode à l'amour perdu.


Nous nous sommes rencontrés
Nous sommes rapprochés, je crois
Je ne lui ai rien demandé
Trop content, mon coeur en émoi

Sur mon épaule s'est abandonnée
J'étais fier de la tenir dans mes bras
Un nouvel amour à ma portée
Lui offris ma vie, elle m'embrassa

Que fallait-il de plus pour lui crier ma joie
Mais le bonheur ne dépend pas que de soi
M'aimait-elle autant, moins ou plus que moi
Pour le savoir, il me fallait tester sa foi

Mais la vieillesse, déchéance tant honnie
Me rappela à son mauvais souvenir
Je voulus tout de suite tout avoir, tout fournir
La tendresse manifestée fut ma pire ennemie

Des paroles maladroites, des gestes hésitants
La peur de l'acte enfin me rendirent impuissant
Ce n'était vraiment pas le moment...
De rompre notre attachement naissant

Tu as tout gâché me souffle ma conscience
Tu espérais peut-être, un pied dans la tombe
Un instant de répit pour assouvir ton ombre
Bien fait, ne compte jamais sur la providence

Et me voilà seul à nouveau, sans pilier
Sans l'âme soeur que j'avais espérée
Tout est perdu, dit-on, fors l'honneur
Pas cette fois, mon bon Seigneur

J'en veux encore mais il est trop tard
L'expérience paraît concluante
Pour ménager son amante
On ne peut s'affirmer vantard

16:03 Écrit par Rhadamanthe dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Merci, Monsieur.

Écrit par : Pat. | 18/10/2007

Magnifique.

Écrit par : Mileyn | 24/10/2007

Les commentaires sont fermés.